12 août 1944


Donnant partout l'alarme et partout la détresse,
La sirène mugit de sa lugubre voix,
Tandis qu'une foule, à peine vêtue, se presse,
Aux portes des abris, dans les sentiers des bois.

Mais déjà dans le ciel, semé de lumignons,
Visant leur objectifs, des centaines d'avions,
Tournoient sur Givors, sur Chasse et sur Badan,
Dans un bruit d'enfer sinistre et effrayant.

Soudain, dans une rage, dans un fracas immense,
Les engins meurtriers explosent avec violence,
Et instinctivement, chacun se jette à terre,
Criant, implorant Dieu dans une folle prière.

Combien, dans ces minutes, minutes inoubliables,
Combien perdirent la vie, sans âme secourable,
Combien de pauvres gens, seront dans la misère,
Malheureux innocents, victimes de la guerre ?

Ne pourra t-on jamais abolir ce fléau
Qui cause tant de ruines, de deuils et de maux ?
N'y aura t-il pas un jour, où sur toute la terre,
Les humains tous unis, diront " nous sommes frères " ?

Edmonde GAUTHIER

Se confier


Donner un petit coin de notre coeur
Faire confiance à la personne qui nous écoute
Et se dire qu'il y a au moins un ami qui nous comprend
Un ami qui peut soulager nos maux
Avec une petite attention
Un simple mot
Un ami qui nous aide à alléger
Le poids que l'on a sur les épaules
Se confier à une personne que l'on estime
Que l'on aime
Un confidant
Le seul vrai ami

A.BOUMDOUHA

Désespoir


Où es-tu espoir ?
Que fais-tu ?
Je ne te vois plus
Je ne te sens plus
Je t'ai perdu

Aide-moi comme tu l'as fait
Montres-toi
Que je puisse encore croire en toi
Je suis en désespoir

A.BOUMDOUHA

Eternité


Une éternité à attendre
Attendre un lendemain
Un lendemain meilleur
Meilleur qu'hier
Qu'aujourd'hui
Aujourd'hui j'attends
J'attends toujours
Toujours que la vie soit meilleure

A.BOUMDOUHA

Nuage


Toi petit nuage
Qui ressemble à du coton
Je t'ai vu de haut
Tu étais immense
Un nid blanc comme la neige
Des formes magnifiques
Sur toi je me suis reposé
En l'espace de quelques secondes
Mais sans pouvoir te toucher
Toi petit nuage
tu m'as fais rêver

A.BOUMDOUHA

Papier


Toi petit papier
Qui connait tous mes secrets
Toi qui m'écoute et me distrait
Par tes formes et tes couleurs
Tu es l'ami de ma tristesse
L'ami de toute ma jeunesse
Celui qui me consolera de mes maux
Jusqu'à la fin tu me connaîtras
Tant que ma main tiendra
Ma plume pour te nourrir
Quelques uns de mes maux laissent une page blanche
Mais toi seul peut la comprendre
Tu peux y compter mes larmes
Les mots n'y suffiraient pas
Toi petit papier fidèle, tu resteras

A.BOUMDOUHA

La plume


Ce n'est pas ma main
Qui guide la plume de mon stylo
Mais la chanson que mon coeur lui chante
Sur un air de trois notes
" Boom, Boom, Boom "
Une douce mélodie

A.BOUMDOUHA

Silence


Je rêve de mourir
dans un profond silence
Silence de toujours
Silence d'une vie
Se taire est la seule chose
Que l'on a le droit de faire
Liberté dit on:
Liberté de ne rien dire
Avoir toujours tort
J'attend ce jour
Le jour de cette mort
La mort certaine ...
De mon coeur
Que de mots blessants
De repproches
De jugements
Où est l'égalité ?
Il n'y en a point
Où est ce respect
dont tout le monde parle ?
Où est ce paradis
avec lequel on nous a fait
rêver enfant ?
Exixte t'il vraiment ?
Je ne le vois pas
Je vois de la haine
De la jalousie dans
le coeur de chacun
Alors qu'il y a tans de belle
Chose a voir dans cette vie
Mais tout le monde
Ne connais pas ce silence

A.BOUMDOUHA

Souffrance


( Poème écrit à ma grand-mère )

Souffrance d'un jour
Souffrance d'une vie
Souffrance d'un coeur
D'un coeur endormi
Angoissé par une attente prolongé
" Attente "
Attente toujours
Attente d'un jour
Mais une souffrance certaine
Souffrance de ne plus te voir

A.BOUMDOUHA

Souvenir


Ce souvenir qui me hante
Ces images qui passent
et repassent dans mon esprit

Des évènements que j'aimerais
oublier, et qui me font mal

Comme si je venais
de vivre cette douleur

Elle n'a jamais changé
Elle est toujours présente

Un souvenir
que je voudrais effacer

A.BOUMDOUHA

Tic Tac


Toutes mes nuits
J'entends Tic Tac, Tic Tac
Je compte les minutes
Les heures
Le sommeil est long
Je me parle à moi-même
Je me pose un tas de questions
Pourquoi ... ?
Est ce que ... ?
J'aurais dû ... ?
Et j'entends toujours
Tic Tac, Tic Tac, Tic Tac
Le Tic Tac qui me dit:
" Il est l'heure de dormir "

A.BOUMDOUHA

Voyage


( Poème écrit à mon cousin, "mon frère" décédé )

Un voyage lointain
Le tour de ma vie
Une partie de moi

Le voyage de mes pensées
Une pensée pour toi
Le jour de mon grand voyage

A.BOUMDOUHA

La Pink Lady


Avez vous rencontré la jolie Pink Lady?
Elle est passée ici l'an dernier en décembre
Et nous passons depuis des dimanches à l'attendre.

Avez vous prévenu la jolie Pink Lady?
Qu'on a ouvert des portes et repeint le couloir,
Pour lui donner envie de revenir nous voir.

Que tous les arbres penchent sous le poids des fruits murs.

Avez vous vu danser la jolie Pink Lady?
L'orchestre joue encore,elle a quitté le bal.
Elle a laissé sa veste,trouvez vous ça normal
Que personne n'ait croisé la si jolie Lady?

Depuis qu'elle a laissé sur la chaise un foulard,
Est elle juste endormie ou bien juste en retard?

M. CALSOLARI

Ce poème est un hommage à la Pink Lady...
qui n'aura pas vu l'avancement des travaux
et la transformation de l'ancienne usine scoff.