Les Maires de Grigny


AN II

(1793 à 1794)

BRACHET Jean



AN IV

(1795 à 1796)

LUQUET Jean

AN V

(1796 à 1797)

--

AN VI

(1796 à 1797)

--

AN VII

(1798 à 1799)

--


28 Pluviose AN 8

(17/02/1800)

PEILLON Jean Fleuri

Voici un personnage qui dans cette période troublée de la société française aurait le mérite d'être mieux connu.
Etait-il un contre-révolutionnaire, faisait-il partie de l'assemblée scissionnaire tenue devant l'église de Grigny en l'an 6 ou, l'élection prononcée fut annulée au bénéfice de l'assemblée primaire du canton de Millery.
Associé à Michel et Gaspard Peillon de Millery, Damien Perret de Montagny, Jean Antoine Vachon de Charly.
Prévenu de coalition avec les rebels Lyonnais.
Certains de ses colistiers furent même mis en accusation pour avoir appartenu à l'infâme commission départementale des insurgés.
J F Peillon ne fut pas un discident, mais sans aucun doute un homme de pouvoir au caractère bien trempé.
Preuve en est puisqu'il fut proposé à la députation, poste qu'il refusera pour celui de suppléant à la surprise de ses compagnons.

En ce temps, M. Peillon, gérait, tout comme nos élus, les affaires de la ville.
C'est ainsi qu'il octroyait des fonds pour la réparation du presbytère, décida, en l'an 11 avec le conseil (dont M. CHARRIER), de réquisitionner la chapelle du seigneur pour en faire une sacristie.

Fait la demande pour le rétablissement du marché du vendredi, bon nombre de villageois étaient chapeliers, voiturier fluvial ou terrestre et ne possédaient pas de terre pour subvenir aux besoins de nourriture.

Il gère la tenue des foires se tenant les 30 juillet et 16 décembre consacrées à la vente des bêtes à cornes, des draperies, merceries et autres.

Commande des travaux de curage de la fontaine en 1807.

Règle les contentieux de villages concernant terrains et habitations.
Tient les registres de la ville : Baptèmes, naissances et sépultures.
Engage les agents municipaux, il est officier de la sécurité.

Le tout sans gages, la fonction étant honorifique.

AN IX à XIII

(1800 à 1804)

PEILLON Jean Fleuri

Voici un personnage qui dans cette période troublée de la société française aurait le mérite d'être mieux connu.
Etait-il un contre-révolutionnaire, faisait-il partie de l'assemblée scissionnaire tenue devant l'église de Grigny en l'an 6 ou, l'élection prononcée fut annulée au bénéfice de l'assemblée primaire du canton de Millery.
Associé à Michel et Gaspard Peillon de Millery, Damien Perret de Montagny, Jean Antoine Vachon de Charly.
Prévenu de coalition avec les rebels Lyonnais.
Certains de ses colistiers furent même mis en accusation pour avoir appartenu à l'infâme commission départementale des insurgés.
J F Peillon ne fut pas un discident, mais sans aucun doute un homme de pouvoir au caractère bien trempé.
Preuve en est puisqu'il fut proposé à la députation, poste qu'il refusera pour celui de suppléant à la surprise de ses compagnons.

En ce temps, M. Peillon, gérait, tout comme nos élus, les affaires de la ville.
C'est ainsi qu'il octroyait des fonds pour la réparation du presbytère, décida, en l'an 11 avec le conseil (dont M. CHARRIER), de réquisitionner la chapelle du seigneur pour en faire une sacristie.

Fait la demande pour le rétablissement du marché du vendredi, bon nombre de villageois étaient chapeliers, voiturier fluvial ou terrestre et ne possédaient pas de terre pour subvenir aux besoins de nourriture.

Il gère la tenue des foires se tenant les 30 juillet et 16 décembre consacrées à la vente des bêtes à cornes, des draperies, merceries et autres.

Commande des travaux de curage de la fontaine en 1807.

Règle les contentieux de villages concernant terrains et habitations.
Tient les registres de la ville : Baptèmes, naissances et sépultures.
Engage les agents municipaux, il est officier de la sécurité.

Le tout sans gages, la fonction étant honorifique.


1806 à 1808

PEILLON Jean Fleuri

Voici un personnage qui dans cette période troublée de la société française aurait le mérite d'être mieux connu.
Etait-il un contre-révolutionnaire, faisait-il partie de l'assemblée scissionnaire tenue devant l'église de Grigny en l'an 6 ou, l'élection prononcée fut annulée au bénéfice de l'assemblée primaire du canton de Millery.
Associé à Michel et Gaspard Peillon de Millery, Damien Perret de Montagny, Jean Antoine Vachon de Charly.
Prévenu de coalition avec les rebels Lyonnais.
Certains de ses colistiers furent même mis en accusation pour avoir appartenu à l'infâme commission départementale des insurgés.
J F Peillon ne fut pas un discident, mais sans aucun doute un homme de pouvoir au caractère bien trempé.
Preuve en est puisqu'il fut proposé à la députation, poste qu'il refusera pour celui de suppléant à la surprise de ses compagnons.

En ce temps, M. Peillon, gérait, tout comme nos élus, les affaires de la ville.
C'est ainsi qu'il octroyait des fonds pour la réparation du presbytère, décida, en l'an 11 avec le conseil (dont M. CHARRIER), de réquisitionner la chapelle du seigneur pour en faire une sacristie.

Fait la demande pour le rétablissement du marché du vendredi, bon nombre de villageois étaient chapeliers, voiturier fluvial ou terrestre et ne possédaient pas de terre pour subvenir aux besoins de nourriture.

Il gère la tenue des foires se tenant les 30 juillet et 16 décembre consacrées à la vente des bêtes à cornes, des draperies, merceries et autres.

Commande des travaux de curage de la fontaine en 1807.

Règle les contentieux de villages concernant terrains et habitations.
Tient les registres de la ville : Baptèmes, naissances et sépultures.
Engage les agents municipaux, il est officier de la sécurité.

Le tout sans gages, la fonction étant honorifique.



3 Juin 1815

SERVIENT Pierre Joseph


21 Juillet 1816

PERRET Jean


19 Février 1830

VEYRAT Charles Odet


14 Janvier 1838

ROUSSELON Jean-Baptiste, Camille

16 Août 1844

St LAGER François Etienne

27 Juillet 1847

CHAMBEYRON Jacques






6 Septembre 1852

RIVOIRE-Ainé Claude

12 Août 1860

RIVOIRE-Ainé Claude





3 Octobre 1870

DUREAULT ...


6 Mai 1871

RIVOIRE-Ainé Claude

30 Juin 1872

CROUZAT Etienne


8 Octobre 1876

de BOUTEILLER Pierre


5 Juin 1881

Michel François




17 Mai 1896

CARACA Pierre

25 Octobre 1896

PERRET Marius

17 Juillet 1898

DELABRE François






20 Juin 1925

GERBOUD François

19 mai 1929

GERBOUD François



5 mai 1935

GERBOUD François



12 Octobre 1944

MALFROY Emile

6 Mai 1945

ESTRAGNAT Jean

JEAN ESTRAGNAT


6 MAI 1945 - 3 NOVEMBRE 1947

Né le 7 août 1887 à saint André le Puy (Haute Loire).
Décède en septembre 1948 à Grigny
Se marie avec Célestine, Julie LARESSE à Grigny le 06/09/1913
Père de huit enfants
Employé aux chemins de fer

Engagement politique

Jean Estragnat est un homme engagé, de gauche.
Trés tôt, en 1920, il participe avec sa famille à la grève des cheminots.
Le 12 mai 1929, il se présente sur la liste du bloc Ouvrier et Paysan conduite par Jean-Marie PUPIER.
Les membres de cette liste sont syndiqués ou sympathisants.
En 1945 il conduit la liste d'union républicaine.

Engagement communautaire

Il fut:
Président fondateur du cercle des cheminots de Badan.
Président fondateur du club de foot de Grigny.
Président de la protection mutuelle des cheminots.
Président de l'amicale laïque


Actions Municipales



6 mai 1945 : Deux jours avant la fin du second conflit mondial, Jean Estragnat est élu maire de Grigny. Ses premiers objectifs sont la reconstruction des bâtiments communaux, la réfection des égoûts détruits par les bombardements aériens et le relogement définitif des sinistrés.

13 octobre 1945 : Sur la proposition du maire,le conseil municipal(c. m) demande que la propriété de M. ROQUE soit incluse dans le projet d’urbanisme. Les conseillers de droite y sont opposés.

16 décembre 1945 : Le plan d’urbanisme et d’aménagement est adopté.
12 janvier 1946 : La mairie annonce que les travaux de reconstruction vont commencer.
23 mars 1946 : Le conseil municipal accepte sous réserve les plans de construction des maisons au quartier château ROQUE. Le maire demande l’acquisition de la totalité de la propriété dénommée « château ROQUE », une partie étant réservée à l’édification de maisons individuelles destinées au relogement des sinistrés, le surplus devant être utilisé pour la création d’un parc communal, et le château pour le logement des services administratifs de la commune. (Hôtel de Ville actuel, modifié par R.Tisot par la fermeture de la bâtisse).

18 janvier 1947 : Le c. m fixe l’emplacement du nouveau groupe scolaire, rue Pasteur. Il demande également l’étude d’un avant-projet de terrain de sport, de même que celui du nivellement et du raccordement des places Jean Jaurès et Henri Barbusse.

29 mars 1947 : Le conseil décide l’aménagement de la place Jean Jaurès.
11 octobre 1947 : Le c. m demande un plan de masse pour la construction du groupe scolaire Pasteur, il accepte également le projet de raccordement des places. (Projet abandonné par la suite). De nouvelles élections ont lieu en novembre 1947, Jean Estragnat est évincé de la liste de son parti.

*****************************

En septembre 1948, il est victime d’un accident mortel de vendanges.
Le 10 décembre 1948, le conseil municipal donne le nom de J. ESTRAGNAT à l’avenue qui traverse le quartier de BEL AIR.





3 Novembre 1947

MALFROY Emile


28 Novembre 1952

FAYARD Jean (en remplacement)

13 Mai 1953

REBOUL Jacques


7 Mai 1955

DUTARTRE Adrien

ADRIEN, Eugène - DUTARTRE


Né le 27 MAI 1913 à ROUSSILLON-en- MORVAN (Saône et Loire)
Décède le 16 Août 1958 à Grigny (Rhône)
Fils de François DUTARTRE et Alexandrine ROUBY
5e du rang d'une famille de onze enfants
Frère du conseiller général de Villeurbanne, Marcel DUTARTRE
Marié à Marie Francine Louise BURTHIER
Á LA BOISSE (Ain) le 5 novembre 1938
Père de quatre enfants :
Naissance de son aîné, Michel le 28/10/39 , alors qu'il se trouve réquisitionné, puis suivirent: Roger (1941), Yves (1944), Bernadette (1946)
Employé S.N.C.F.
il débuta sa carrière au bas de l'échelle en temps qu'enrayeur en 1937 au dépôt de Badan.
Démobilisé, il obtint une mutation pour Mâcon en tant que facteur SNCF
Habitât à Replonges (Ain)
Mutation à la Tour du Pin jusqu'en 1947 (sous-chef de gare)
Puis chef de gare de Grigny
La société des chemins de fer déclasse la gare dans les années 1957-58
Il est muté à CHASSE ( Isère) où il se rend à motocyclette.
Les privations subies par les mauvaises conditions de vie de l'époque traversée useront cet homme entraînant un décès prématuré à l'âge de 45 Ans.

Son engagement politique.

De sensibilité de gauche, adhérent au parti communiste, il participa à la grève dure de 1947, traduit en conseil de discipline par la S.N.C.F., il ne sera pas révoqué, mais pénalisé par une rétorsion d'argent égale aux 6/12éme de la prime de fin d'année.
En 1955 il est élu maire.
Son engagement auprès du parti communiste, son passé de résistant à la Tour du Pin, sa popularité en tant que chef de gare (à cette époque sa fonction l'amenait à régler les pensions des cheminots retraités), l'élaboration d'un tract avec les membres du parti (dont M. R.TISSOT futur maire) dénonçant le privilège accordé aux propriétaires de la carrière par la municipalité en place, l'ont naturellement conduit à cette fonction.
Une fonction de Maire contraignante.
Une délégation de deux heures pour activités de mairie lui était accordée par la S.N.C.F. sous condition.
L'époque n'était pas prêteuse et peu civile. En effet, cet accord prévoyait que l'intéressé pourvut sur ses deniers au remplacement de cette vacance.
Madame DUTARTRE en assumera donc l'intérim sans gratification.
A son décès, madame Dutartre sera employée S.N.C.F., prendra la gérance du P.A.G. avec un statut sans concession, lors de ses vacances de poste, elle devra être remplacée par une personne agréée par les services, cette prestation étant déduite de ses revenus.

Actions Municipales.

Achat du château neuf. Le début de son mandat se fera à l'annexe située sur le côté de l'église (ancienne mairie depuis 1862, puis maison du combattant) avant d'investir les murs du château quelque temps après.
Création des trois barres d'habitations sises avenue Jean ESTRAGNAT à côté du château utilisant ainsi les fonds débloqués pour dommages de guerre. Cette décision permit le relogement de sinistrés vivants dans les baraquements.
Initiateur de la déviation de la CD15, cette voie passant par la rue Bouteiller sera détournée par le bas de la ville éloignant ainsi la circulation du centre. Cette décision ne se fit pas sans quelques manifestations et pétitions. La réalisation de ce contournement ne vit le jour que vingt ans plus tard.
Monsieur DUTARTRE eu également, de par sa fonction, le douloureux devoir d'annoncer le décès du premier soldat grignerôt tombé en Algérie.

Nous remercions M. Michel Dutartre pour les renseignements transmis.

5 Avril 1959

VEYRET Auguste








20 Mars 1977

TISSOT Roger

Roger TISSOT


Né le 25 avril 1930 à Lyon - Décédé en 1996
Instituteur adjoint à Craponne en 1949, à Saint-Fons de 1949 à 1950, à Grigny (arboras) de 1951 à 1955
Directeur à Saint Romain de Popey de 1955 à 1959, Instituteur adjoint à Givors canal de 1960 à 1969
Directeur du C.E.G. à Givors de 1969 à 1976, sous Directeur du C.E.S. à Grigny de 1976 à 1978
Mis en disponibilité pour mandat municipal le 24 septembre 1980

Engagé politique, Roger Tissot adhère au P.C.F. (Parti Communiste Français) à 15 ans.
Au syndicat national des instituteurs en 1950 où il prendra des responsabilités départementales puis nationales.
Maire de Grigny de 1977 à 1992
Il cédera les responsabilités municipales en cours de mandat à René Balme pour occuper celles de conseiller municipal de 1992 à 1996.

Actions Municipales


Principales réalisations effectuées au cours de son mandat

Réhabilitation du centre Veyret
Première O.P.A.H en centre ville
Rochère et Pont-Paradis
Croix des Rampeaux
Avenue de la Colombe, P.A.E. Villeneuve
place Jacques Duclos
centre Édouard Brenot
restaurant des personnes âgées
relais de la petite enfance
halte garderie
centre Edmond Chervet
Réhabilitation des peintures murales et agrandissement de l'Hôtel de Ville
Parking rue Charles de Gaulle
Z.I. du Recou
A participé activement à l'implantation de la maison de retraite l'Éolienne
A écrit : " Grigny Martyrisé " ouvrage retraçant la souffrance des Grignerôts, lors de la Seconde Guerre mondiale.

A la mémoire de Roger TISSOT (l'école du centre) première école de la ville construite en 1881, sera renommée "Ecole René Tissot"


20 Mars 1983

TISSOT Roger

Roger TISSOT


Né le 25 avril 1930 à Lyon - Décédé en 1996
Instituteur adjoint à Craponne en 1949, à Saint-Fons de 1949 à 1950, à Grigny (arboras) de 1951 à 1955
Directeur à Saint Romain de Popey de 1955 à 1959, Instituteur adjoint à Givors canal de 1960 à 1969
Directeur du C.E.G. à Givors de 1969 à 1976, sous Directeur du C.E.S. à Grigny de 1976 à 1978
Mis en disponibilité pour mandat municipal le 24 septembre 1980

Engagé politique, Roger Tissot adhère au P.C.F. (Parti Communiste Français) à 15 ans.
Au syndicat national des instituteurs en 1950 où il prendra des responsabilités départementales puis nationales.
Maire de Grigny de 1977 à 1992
Il cédera les responsabilités municipales en cours de mandat à René Balme pour occuper celles de conseiller municipal de 1992 à 1996.

Actions Municipales


Principales réalisations effectuées au cours de son mandat

Réhabilitation du centre Veyret
Première O.P.A.H en centre ville
Rochère et Pont-Paradis
Croix des Rampeaux
Avenue de la Colombe, P.A.E. Villeneuve
place Jacques Duclos
centre Édouard Brenot
restaurant des personnes âgées
relais de la petite enfance
halte garderie
centre Edmond Chervet
Réhabilitation des peintures murales et agrandissement de l'Hôtel de Ville
Parking rue Charles de Gaulle
Z.I. du Recou
A participé activement à l'implantation de la maison de retraite l'Éolienne
A écrit : " Grigny Martyrisé " ouvrage retraçant la souffrance des Grignerôts, lors de la Seconde Guerre mondiale.

A la mémoire de Roger TISSOT (l'école du centre) première école de la ville construite en 1881, sera renommée "Ecole René Tissot"

12 Mars 1989

TISSOT Roger

Roger TISSOT


Né le 25 avril 1930 à Lyon - Décédé en 1996
Instituteur adjoint à Craponne en 1949, à Saint-Fons de 1949 à 1950, à Grigny (arboras) de 1951 à 1955
Directeur à Saint Romain de Popey de 1955 à 1959, Instituteur adjoint à Givors canal de 1960 à 1969
Directeur du C.E.G. à Givors de 1969 à 1976, sous Directeur du C.E.S. à Grigny de 1976 à 1978
Mis en disponibilité pour mandat municipal le 24 septembre 1980

Engagé politique, Roger Tissot adhère au P.C.F. (Parti Communiste Français) à 15 ans.
Au syndicat national des instituteurs en 1950 où il prendra des responsabilités départementales puis nationales.
Maire de Grigny de 1977 à 1992
Il cédera les responsabilités municipales en cours de mandat à René Balme pour occuper celles de conseiller municipal de 1992 à 1996.

Actions Municipales


Principales réalisations effectuées au cours de son mandat

Réhabilitation du centre Veyret
Première O.P.A.H en centre ville
Rochère et Pont-Paradis
Croix des Rampeaux
Avenue de la Colombe, P.A.E. Villeneuve
place Jacques Duclos
centre Édouard Brenot
restaurant des personnes âgées
relais de la petite enfance
halte garderie
centre Edmond Chervet
Réhabilitation des peintures murales et agrandissement de l'Hôtel de Ville
Parking rue Charles de Gaulle
Z.I. du Recou
A participé activement à l'implantation de la maison de retraite l'Éolienne
A écrit : " Grigny Martyrisé " ouvrage retraçant la souffrance des Grignerôts, lors de la Seconde Guerre mondiale.

A la mémoire de Roger TISSOT (l'école du centre) première école de la ville construite en 1881, sera renommée "Ecole René Tissot"

14 Juin 1992

BALME René

BALME René


né le 06 février 1950 aux Vans, Ardèche
d’un père bûcheron-paysan et d’une mère sans profession.
Il se définit comme un parfait autodidacte.
Un enfant... et déjà grand-père.
Habite Grigny depuis 1971.

- 1950 - 1958 : Commune de Malons & Elze (30) (Ecole primaire)
- 1958 - 1962 : Saint André Capcèze (48) (Ecole primaire)
  Lycée Chaptal, Mende (48) 1962 - 1968. BEPC.
- 1968 : Grigny-Badan (69). Entrée à la SNCF le 12 novembre 1968.
- 1968 - 1969 : Vénissieux (SNCF)
- 1969 - 1970 : St Germain au Mont d’Or (69) (SNCF) (Travail en 3x8)
- 1970 - 1971 : Canjuers (83) 12 mois d’armée.
- 1971 - 1973 : Chasse sur Rhône (SNCF) (Travail en 3x8)
- 1973 - 1988 : Sibelin-Feyzin (69) (SNCF). (Travail en 3x8)
- 1988 - 1992 : CER SNCF Lyon
  (Direction de la communication et des activités culturelles)
- 1992 - 2005 : détaché pour activités politiques (mandat de maire)
- 2005 - à aujourd’hui : retraité.

Fonctions citoyennes :


Plasticien de 1973 à 1986. Peinture, gravure, sérigraphie, aérographe... Nombreuses expositions personnelles et collectives.
Editeur (Editions Pleine Plume) de 1986 à 1992. plus de 50 ouvrages publiés. Création de la revue littéraire Esquisse

Création de sites Internet et de webzines de 1998 à aujourd’hui.
www.troc-en-france.com (fermé), www.vacances-in-france (cédé), http://www.oulala.net/ (entre 8 et 10 000 visiteurs par jour)
http://www.le-citoyen.org/ (complément du mensuel papier Le CITOYEN ),
http://www.hors-agcs.org/ (site officiel du Réseau national des élus et collectivités hors AGCS),
www.grigny-citoyenne.org (dédié aux activités citoyennes de la ville de Grigny),
http://www.rene-balme.net/ (site officiel de René BALME...)
Participe à la vie de plusieurs webzines sur le net.
Est à l’origine de la création de l’école de vidéo et de télévision participative ViVé après un séjour au Vénézuéla en 2006, invité par la chaine de télévision participative nationale VIVE.
A participé aux côtés de Paul Ariès à la création du journal Le Sarkophage

Fonctions syndicales et politiques :

Adhésion à la CGT en 1974. Occupe différentes fonctions :
Secrétaire du syndicat, élu du personnel,
délégué du personnel,
secrétaire du CHSCT,
trésorier du CE lors de la création des 327 CE à la SNCF,
élu au CE régional de la SNCF.
Directeur de la culture et de la communication au CE SNCF de Lyon de 1988 à 1992.

Adhérent au PCF de 1983 à 1997.
Orphelin de parti entre 1997 et 2009.
A rejoint le parti de Gauche le 25 février 2009.

Fonctions électives :

Elu conseiller municipal de Grigny en 1983, présenté par le PCF.
Elu maire adjoint en charge de la culture en 1987
Elu 1er adjoint en 1989
Elu maire de Grigny en 1992 en remplacement de Roger Tissot, en cours de mandat.
Réélu en 1995, 2001, 2008 .
Conseiller communautaire au Grand-Lyon depuis janvier 2007.

Fonctions nationales

Secrétaire général du Réseau national des élus et collectivités hors AGCS créé en 2004 et dont il a été l’un des initiateurs.
Membre du G26, groupe de réflexion porteur des cahiers d’exigences populaires.


11 Juin 1995

BALME René

René BALME


né le 06 février 1950 aux Vans, Ardèche
d’un père bûcheron-paysan et d’une mère sans profession.
Il se définit comme un parfait autodidacte.
Un enfant... et déjà grand-père.
Habite Grigny depuis 1971.

- 1950 - 1958 : Commune de Malons & Elze (30) (Ecole primaire)
- 1958 - 1962 : Saint André Capcèze (48) (Ecole primaire)
  Lycée Chaptal, Mende (48) 1962 - 1968. BEPC.
- 1968 : Grigny-Badan (69). Entrée à la SNCF le 12 novembre 1968.
- 1968 - 1969 : Vénissieux (SNCF)
- 1969 - 1970 : St Germain au Mont d’Or (69) (SNCF) (Travail en 3x8)
- 1970 - 1971 : Canjuers (83) 12 mois d’armée.
- 1971 - 1973 : Chasse sur Rhône (SNCF) (Travail en 3x8)
- 1973 - 1988 : Sibelin-Feyzin (69) (SNCF). (Travail en 3x8)
- 1988 - 1992 : CER SNCF Lyon
  (Direction de la communication et des activités culturelles)
- 1992 - 2005 : détaché pour activités politiques (mandat de maire)
- 2005 - à aujourd’hui : retraité.

Fonctions citoyennes :


Plasticien de 1973 à 1986. Peinture, gravure, sérigraphie, aérographe... Nombreuses expositions personnelles et collectives.
Editeur (Editions Pleine Plume) de 1986 à 1992. plus de 50 ouvrages publiés. Création de la revue littéraire Esquisse

Création de sites Internet et de webzines de 1998 à aujourd’hui.
www.troc-en-france.com (fermé), www.vacances-in-france (cédé), http://www.oulala.net/ (entre 8 et 10 000 visiteurs par jour)
http://www.le-citoyen.org/ (complément du mensuel papier Le CITOYEN ),
http://www.hors-agcs.org/ (site officiel du Réseau national des élus et collectivités hors AGCS),
www.grigny-citoyenne.org (dédié aux activités citoyennes de la ville de Grigny),
http://www.rene-balme.net/ (site officiel de René BALME...)
Participe à la vie de plusieurs webzines sur le net.
Est à l’origine de la création de l’école de vidéo et de télévision participative ViVé après un séjour au Vénézuéla en 2006, invité par la chaine de télévision participative nationale VIVE.
A participé aux côtés de Paul Ariès à la création du journal Le Sarkophage

Fonctions syndicales et politiques :

Adhésion à la CGT en 1974. Occupe différentes fonctions :
Secrétaire du syndicat, élu du personnel,
délégué du personnel,
secrétaire du CHSCT,
trésorier du CE lors de la création des 327 CE à la SNCF,
élu au CE régional de la SNCF.
Directeur de la culture et de la communication au CE SNCF de Lyon de 1988 à 1992.

Adhérent au PCF de 1983 à 1997.
Orphelin de parti entre 1997 et 2009.
A rejoint le parti de Gauche le 25 février 2009.

Fonctions électives :

Elu conseiller municipal de Grigny en 1983, présenté par le PCF.
Elu maire adjoint en charge de la culture en 1987
Elu 1er adjoint en 1989
Elu maire de Grigny en 1992 en remplacement de Roger Tissot, en cours de mandat.
Réélu en 1995, 2001, 2008 .
Conseiller communautaire au Grand-Lyon depuis janvier 2007.

Fonctions nationales

Secrétaire général du Réseau national des élus et collectivités hors AGCS créé en 2004 et dont il a été l’un des initiateurs.
Membre du G26, groupe de réflexion porteur des cahiers d’exigences populaires.

18 Mars 2001

BALME René

BALME René


né le 06 février 1950 aux Vans, Ardèche
d’un père bûcheron-paysan et d’une mère sans profession.
Il se définit comme un parfait autodidacte.
Un enfant... et déjà grand-père.
Habite Grigny depuis 1971.

- 1950 - 1958 : Commune de Malons & Elze (30) (Ecole primaire)
- 1958 - 1962 : Saint André Capcèze (48) (Ecole primaire)
  Lycée Chaptal, Mende (48) 1962 - 1968. BEPC.
- 1968 : Grigny-Badan (69). Entrée à la SNCF le 12 novembre 1968.
- 1968 - 1969 : Vénissieux (SNCF)
- 1969 - 1970 : St Germain au Mont d’Or (69) (SNCF) (Travail en 3x8)
- 1970 - 1971 : Canjuers (83) 12 mois d’armée.
- 1971 - 1973 : Chasse sur Rhône (SNCF) (Travail en 3x8)
- 1973 - 1988 : Sibelin-Feyzin (69) (SNCF). (Travail en 3x8)
- 1988 - 1992 : CER SNCF Lyon
  (Direction de la communication et des activités culturelles)
- 1992 - 2005 : détaché pour activités politiques (mandat de maire)
- 2005 - à aujourd’hui : retraité.

Fonctions citoyennes :


Plasticien de 1973 à 1986. Peinture, gravure, sérigraphie, aérographe... Nombreuses expositions personnelles et collectives.
Editeur (Editions Pleine Plume) de 1986 à 1992. plus de 50 ouvrages publiés. Création de la revue littéraire Esquisse

Création de sites Internet et de webzines de 1998 à aujourd’hui.
www.troc-en-france.com (fermé), www.vacances-in-france (cédé), http://www.oulala.net/ (entre 8 et 10 000 visiteurs par jour)
http://www.le-citoyen.org/ (complément du mensuel papier Le CITOYEN ),
http://www.hors-agcs.org/ (site officiel du Réseau national des élus et collectivités hors AGCS),
www.grigny-citoyenne.org (dédié aux activités citoyennes de la ville de Grigny),
http://www.rene-balme.net/ (site officiel de René BALME...)
Participe à la vie de plusieurs webzines sur le net.
Est à l’origine de la création de l’école de vidéo et de télévision participative ViVé après un séjour au Vénézuéla en 2006, invité par la chaine de télévision participative nationale VIVE.
A participé aux côtés de Paul Ariès à la création du journal Le Sarkophage

Fonctions syndicales et politiques :

Adhésion à la CGT en 1974. Occupe différentes fonctions :
Secrétaire du syndicat, élu du personnel,
délégué du personnel,
secrétaire du CHSCT,
trésorier du CE lors de la création des 327 CE à la SNCF,
élu au CE régional de la SNCF.
Directeur de la culture et de la communication au CE SNCF de Lyon de 1988 à 1992.

Adhérent au PCF de 1983 à 1997.
Orphelin de parti entre 1997 et 2009.
A rejoint le parti de Gauche le 25 février 2009.

Fonctions électives :

Elu conseiller municipal de Grigny en 1983, présenté par le PCF.
Elu maire adjoint en charge de la culture en 1987
Elu 1er adjoint en 1989
Elu maire de Grigny en 1992 en remplacement de Roger Tissot, en cours de mandat.
Réélu en 1995, 2001, 2008 .
Conseiller communautaire au Grand-Lyon depuis janvier 2007.

Fonctions nationales

Secrétaire général du Réseau national des élus et collectivités hors AGCS créé en 2004 et dont il a été l’un des initiateurs.
Membre du G26, groupe de réflexion porteur des cahiers d’exigences populaires.


16 Mars 2008

BALME René

René BALME


né le 06 février 1950 aux Vans, Ardèche
d’un père bûcheron-paysan et d’une mère sans profession.
Il se définit comme un parfait autodidacte.
Un enfant... et déjà grand-père.
Habite Grigny depuis 1971.

- 1950 - 1958 : Commune de Malons & Elze (30) (Ecole primaire)
- 1958 - 1962 : Saint André Capcèze (48) (Ecole primaire)
  Lycée Chaptal, Mende (48) 1962 - 1968. BEPC.
- 1968 : Grigny-Badan (69). Entrée à la SNCF le 12 novembre 1968.
- 1968 - 1969 : Vénissieux (SNCF)
- 1969 - 1970 : St Germain au Mont d’Or (69) (SNCF) (Travail en 3x8)
- 1970 - 1971 : Canjuers (83) 12 mois d’armée.
- 1971 - 1973 : Chasse sur Rhône (SNCF) (Travail en 3x8)
- 1973 - 1988 : Sibelin-Feyzin (69) (SNCF). (Travail en 3x8)
- 1988 - 1992 : CER SNCF Lyon
  (Direction de la communication et des activités culturelles)
- 1992 - 2005 : détaché pour activités politiques (mandat de maire)
- 2005 - à aujourd’hui : retraité.

Fonctions citoyennes :


Plasticien de 1973 à 1986. Peinture, gravure, sérigraphie, aérographe... Nombreuses expositions personnelles et collectives.
Editeur (Editions Pleine Plume) de 1986 à 1992. plus de 50 ouvrages publiés. Création de la revue littéraire Esquisse

Création de sites Internet et de webzines de 1998 à aujourd’hui.
www.troc-en-france.com (fermé), www.vacances-in-france (cédé), http://www.oulala.net/ (entre 8 et 10 000 visiteurs par jour)
http://www.le-citoyen.org/ (complément du mensuel papier Le CITOYEN ),
http://www.hors-agcs.org/ (site officiel du Réseau national des élus et collectivités hors AGCS),
www.grigny-citoyenne.org (dédié aux activités citoyennes de la ville de Grigny),
http://www.rene-balme.net/ (site officiel de René BALME...)
Participe à la vie de plusieurs webzines sur le net.
Est à l’origine de la création de l’école de vidéo et de télévision participative ViVé après un séjour au Vénézuéla en 2006, invité par la chaine de télévision participative nationale VIVE.
A participé aux côtés de Paul Ariès à la création du journal Le Sarkophage

Fonctions syndicales et politiques :

Adhésion à la CGT en 1974. Occupe différentes fonctions :
Secrétaire du syndicat, élu du personnel,
délégué du personnel,
secrétaire du CHSCT,
trésorier du CE lors de la création des 327 CE à la SNCF,
élu au CE régional de la SNCF.
Directeur de la culture et de la communication au CE SNCF de Lyon de 1988 à 1992.

Adhérent au PCF de 1983 à 1997.
Orphelin de parti entre 1997 et 2009.
A rejoint le parti de Gauche le 25 février 2009.

Fonctions électives :

Elu conseiller municipal de Grigny en 1983, présenté par le PCF.
Elu maire adjoint en charge de la culture en 1987
Elu 1er adjoint en 1989
Elu maire de Grigny en 1992 en remplacement de Roger Tissot, en cours de mandat.
Réélu en 1995, 2001, 2008 .
Conseiller communautaire au Grand-Lyon depuis janvier 2007.

Fonctions nationales

Secrétaire général du Réseau national des élus et collectivités hors AGCS créé en 2004 et dont il a été l’un des initiateurs.
Membre du G26, groupe de réflexion porteur des cahiers d’exigences populaires.